LA 'S'
GRAND
ATELIER


A . S . B . L .
Place des Chasseurs ardennais, 31
B-6690 Vielsalm
Tél +32 (0)80 28 11 51
Fax +32 (0)80 28 11 50


Site des "the Choolers"
Notre page facebook

© La Hesse, 2012.

Site réalisé grâce au mécénat de l'asbl Comté de Salm, Vielsalm

Conditions d'utilisation

Retour sur nos pratiques / recherches théoriques


Parallèlement aux nombreuses activités de ses ateliers de création et au programme de diffusion des œuvres d’artistes en situation de handicap mental, La « S » Grand Atelier (CEC La Hesse) organise très régulièrement des résidences où des artistes contemporains s’engagent dans un processus de cocréation avec ses participants.

 

La « S » transcende la simple connexion entre artistes handicapés et non handicapés pour raconter la recherche d’un terrain d’entente entre deux modus vivendi de l’art.

 

En conséquence, La « S » Grand Atelier a mis en place une plateforme de réflexion théorique sur ces pratiques inédites de mixité.

Ce travail de prospection ambitionne de permettre aux artistes handicapées mentaux de jouir et d’exercer leurs droits sociaux grâce à une réflexion citoyenne sur la place que la société voudra bien leur donner.

Par-delà, les analyses, études et publications tendront à faire évoluer les représentations mentales du handicap et ainsi la perception de la différence auprès du grand public.

L’art et l’expression culturelle sont les moyens utilisés pour développer une citoyenneté active qui participe à l’évolution des mentalités.

 

Cette plateforme de réflexion permettra également de croiser les expériences, de partager, et de permettre aux artistes handicapés mentaux de bénéficier d’un dispositif de recueil de leur parole, de leurs expériences et de leurs revendications pour une société qui les reconnaitrait à leur juste valeur.

 

De manière très généraliste, le champ de recherches porte sur l’art et le handicap et les nouvelles pratiques artistiques comme vecteur d’émancipation.

Les pratiques artistiques avec les personnes handicapées, leur diffusion, leur médiatisation peuvent-elles participer à une meilleure reconnaissance des compétences et de la plus-value culturelle et sociale apportée par ces personnes à la communauté ?

Plus particulièrement : les pratiques de mixité entre artistes contemporains et artistes déficients mentaux peuvent-elles influencer les représentations mentales du handicap et leur acceptation dans la société contemporaine ?

Par-delà : la société est-elle prête à accepter les formes de création contemporaine non catégorisées, non formatées et laissant place à la différence quelle qu’elle soit ?

La collectivité est-elle prête à reconnaître les créateurs (handicapés et non handicapés) liés à ces œuvres inédites ?

Quels pourraient être les meilleurs vecteurs de reconnaissance et d’acceptation de ces formes émergentes de création ?