LA 'S'
GRAND
ATELIER


A . S . B . L .
Place des Chasseurs ardennais, 31
B-6690 Vielsalm
Tél +32 (0)80 28 11 51
Fax +32 (0)80 28 11 50


Site des "the Choolers"
Notre page facebook

© La Hesse, 2012.

Site réalisé grâce au mécénat de l'asbl Comté de Salm, Vielsalm

Conditions d'utilisation

Nicole CLAUDE (1943)

Nicole est née le 14 août 1943 à Uccle

Placée à l’institut psychiatrique de Lierneux, elle a passé la majeure partie de sa vie en placement familial dans la commune de Lierneux.

A présent elle réside au home de Bêche (Vielsalm).

Elle participe aux ateliers peinture du CEC La Hesse depuis 2004

Depuis lors, la même scène se joue tous les mardis : une petite bonne femme toute en rondeurs se dandine dans l’interminable couloir du CEC en demandant « c’est là qu’on va ? »

Nicole Claude a démarré son parcours artistique en reproduisant le tracteur qui illustrait les piles de papier à lettres récupérées chez un ancien garagiste. Fascinée par ce modèle, elle le lance dans une série impressionnante de « troupeaux » de tracteurs, suivis de troupeaux de motos…

Pour revenir ensuite à la représentation du corps humain. Des petits formats aux couleurs éclatantes proposent à notre regard des nus sans pudeur qui laissent une impression de malaise tant ils peuvent nous apparaître à la fois naïfs mais aussi cyniques.

Anne-Françoise Rouche

Des personnages effrayés-effrayants crient depuis les profondeurs de rouges mercurochromes, d’autres tout aussi inquiétés-inquiétants se débattent dans l’exaspération des fusains. Ils sont nés de la main de Nicole Claude qui a la faculté de prendre d’étonnants raccourcis pour représenter un visage vu de dessous et de trois-quarts, le dessus d’un pied en plongée, un bras qui se cache derrière un poitrail. Techniquement ce sont des gribouillis mais la variété des effets dégagés est phénoménale, nous ne savions pas qu’il y avait autant de subtilités dans la représentation de l’effroi. Un nez vient se coller aux yeux, des bras prennent racine dans le menton et voilà que vous vous inspectez pour voir si tous vos membres sont bien en place. Une farde de dessins de Nicole Claude est une foule qui crie – même si ses personnages n’ont jamais d’oreilles –, il faut avoir les nerfs solides pour supporter un tel vacarme. Mais ce ne sont que des impressions, des sentiments qui viennent encore se mêler de choses qui ne les regardent peut-être pas. Et si toutes ces frayeurs n’étaient tout d’abord et en fin de compte que des surfaces planes recouvertes de couleurs en un certain ordre assemblées ?

François Liénard