LA 'S'
GRAND
ATELIER


A . S . B . L .
Place des Chasseurs ardennais, 31
B-6690 Vielsalm
Tél +32 (0)80 28 11 51
Fax +32 (0)80 28 11 50


Site des "the Choolers"
Notre page facebook

© La Hesse, 2012.

Site réalisé grâce au mécénat de l'asbl Comté de Salm, Vielsalm

Conditions d'utilisation

Josiane WOLLWERT (1954)

Josiane Wollwert réside au home de Bêche près de Vielsalm (B).

Elle a régulièrement participé aux ateliers de La « S » Grand Atelier ( CEC La Hesse) depuis 1999.

Attirée tout d’abord par la couleur, Josiane a fait évoluer sa création picturale en explorant les variations infinies entre le noir et le blanc, rehaussées parfois de quelques touches colorées. Son travail présente un développement subtil d’une composition maîtrisée qu’elle semble sans cesse vouloir peaufiner. Sa composition bien qu’abstraite nous présente autant d’histoires contées qu’elle résume dans des titres évocateurs.

Anne-Françoise Rouche

Il serait facile de trouver dans les peintures de Josiane Wollwert du sang et des ecchymoses, des tempêtes avec coups de tabac et de tonnerre, et puis quoi, Moby Dick ? Une tempête dans le papier, sans doute, comment le dire autrement, avec des couleurs qui tentent de se mélanger, parfois comme huile et eau. Dans les crues, des couleurs qui se collent au hublot, on en a le regard éclaboussé, ça tient du car-wash fenêtres ouvertes. On aperçoit dans le gros grain : des yeux, un front, une bouche, à moins que notre imagination ne nous joue encore des tours. Peut-être s’agit-il tout aussi bien de paysages, maritimes sans aucun doute – ces petits poissons parmi les algues et les courants –, mais aussi de levers et de couchers de soleil au-delà du rideau des fusains, d’aubes et de crépuscules avec leurs lumières propres. Surtout l’on pourrait dire qu’il est prodigieux de tracer des signes à la craie dans les mouvements mêmes des acryliques, sur leurs eaux, des eaux gravées comme vinyles par l’aiguille d’un phonographe muet. Et les diverses dimensions – trois seulement, c’est bien sûr, quatre mais impalpables ? – en sont toutes retournées, et là est sans doute tout le vif intérêt que l’on peut porter à l’œuvre de Josiane Wollwert.

François Liénard