LA 'S'
GRAND
ATELIER


A . S . B . L .
Place des Chasseurs ardennais, 31
B-6690 Vielsalm
Tél +32 (0)80 28 11 51
Fax +32 (0)80 28 11 50


Site des "the Choolers"
Notre page facebook

© La Hesse, 2012.

Site réalisé grâce au mécénat de l'asbl Comté de Salm, Vielsalm

Conditions d'utilisation

Jean-Jacques OOST (1963)

Jean-Jacques OOST réside au Foyer La Hesse à Vielsalm et rentre tous les week-ends en famille à Liège.

Il participe régulièrement à l’atelier peinture depuis 1992. Il s’exprime également par le biais de la sculpture en terre et depuis 2009 par le matériau textile.

Jean-Jacques s’est progressivement construit un projet d’expression très personnel tourné principalement vers la représentation du nu féminin.

Son style graphique très particulier est à la fois naïf et riche de détails issus de son excellent sens de l’observation. Jean-Jacques est quelqu’un de calme et silencieux qui observe et intègre beaucoup de choses échappant généralement à la majorité d’entre nous.

A l’atelier, Il est très autonome : il dessine et peint à son rythme sans s’inquiéter de ce qui l’entoure. Il prend le temps de s’imprégner de son travail et sait très bien ce qu’il veut faire. Il l’exprime parfaitement et sait se projeter dans l’aboutissement de son œuvre.

Son approche du nu s’affine et s’affirme d’œuvre en œuvre nous offrant une vision intime et parfois dérangeante de la féminité.

Anne-Françoise Rouche

Jean-Jacques Oost aime les modèles de Modigliani, les pin-up des fifties, les naïades et les danseuses en papier glacé d’aujourd’hui, aussi les Sabine, Daisy, Martine, Isabelle qui ont l’air, elles, bien vivantes. Il représente souvent leur sexe en relief, comment dire, leur sexe pendant entre leurs jambes, juste ce qu’il faut trop en dessous de la normale, leur triangle pubien étant vraiment ici affaire de géométrie. Leurs seins sont représentés en perspective rabattue, ils sont donc longs mais non dénués de relief, parfois Jean-Jacques Oost les protège d’un soutien-gorge comme d’un accessoire qu’on pourrait cliquer sur d’autres plastiques. Les chairs s’estompent de subtiles nuances de roses très roses, l’atmosphère de bleus très bleus, les frontières du corps sont scrupuleusement délimitées d’un trait noir à la plume ou au crayon. Ses grands bois ou linoléums gravés sont parents de ceux d’André Derain ou d’Ernst Ludwig Kirchner, lorsque des artistes accentuaient leur foudroyante modernité au moyen d’une technique surgie du Moyen Age. Les grands gestes noirs et forts de Jean-Jacques Oost, sur ces papiers peints fleuris de cieux d’une autre époque, sont particulièrement magistraux en leur rugueux impact visuel. Ses portraits sont toujours en pied, on en compte des centaines, des centaines de femmes – les hommes se font rares en ces cartons à dessins –, toujours différentes et à chaque fois la même. Universelles et reproductibles, aussi fiables et fidèles que des géométries, enfin cernables même si ce n’est que dans le monde des papiers coloriés.

François Liénard