LA 'S'
GRAND
ATELIER


A . S . B . L .
Place des Chasseurs ardennais, 31
B-6690 Vielsalm
Tél +32 (0)80 28 11 51
Fax +32 (0)80 28 11 50


Site des "the Choolers"
Notre page facebook

© La Hesse, 2012.

Site réalisé grâce au mécénat de l'asbl Comté de Salm, Vielsalm

Conditions d'utilisation

Léon LOUIS (1957)

Léon LOUIS est né dans un petit village de l’’Ardenne Belge où il réside toujours avec son frère et sa belle-sœur, surnommée « Kikiss ».

Il participe aux ateliers de peinture de La « S » Grand Atelier à Vielsalm, depuis son arrivée un beau jour du printemps de l’année 2002

Depuis son entrée remarquée, Léon a développé une boulimie créative, allant jusqu’à refuser toute autre activité et à tenter de forcer la porte le jour où par malheur l’atelier est fermé…

Sa corpulence et son caractère en acier trempé lui ont rapidement conféré une place de leader au sein du groupe.

Léon apparaît comme un élément central de La « S » puisqu’il y travaille à plein temps et qu’il s’investit beaucoup dans l’équipe des animateurs en s’invitant aux réunions et en participant à l’accueil des visiteurs.

Son travail artistique est aussi imposant que sa stature et ses coups de gueule.

Anne-F. Rouche

A première vue Léon Louis est un partisan de la besogne, un metteur en couleurs obstiné, un amateur d’art brut de décoffrage. Avec un sens certain du maculage, Léon Louis gâche les couleurs de l’arc-en-ciel sur le ciel plat de sa peinture. Une peinture au poids qui déboule, qui tache, qui marque son territoire sans manières, qui exclut toute notion de bon voisinage plastique. A y regarder de plus près, cette peinture s’affiche en épaisseurs, comme des vêtements qui se superposent pour lutter contre les aléas. Une peinture en lambeaux faites des peaux d’un animal qui s’interdirait de muer. Sa pratique picturale quotidienne est une faim qu’il faut parfois freiner sous peine de le voir revenir mille fois sur le même ouvrage. Sans doute qu’il faudrait photographier chaque labeur couche après couche, dans le processus de création, pour bien se rendre compte de l’invention étouffée prisonnière de chaque toile. Sans doute que la vitalité de son art est là, coincée entre deux couches d’acrylique, bien au chaud au fond des plis multicolores de cette grande peausserie qu’est la peinture.

François Liénard