LA 'S'
GRAND
ATELIER


A . S . B . L .
Place des Chasseurs ardennais, 31
B-6690 Vielsalm
Tél +32 (0)80 28 11 51
Fax +32 (0)80 28 11 50


Site des "the Choolers"
Notre page facebook

© La Hesse, 2012.

Site réalisé grâce au mécénat de l'asbl Comté de Salm, Vielsalm

Conditions d'utilisation

Eric DERKENNE (1960)

« Deux yeux, un nez, une bouche, deux yeux, un nez, une bouche, deux yeux, un nez, une bouche, inlassablement viennent composer un visage. Un visage qui vient encore et encore s’écraser entre les chambranles de la feuille de dessin, incapable de passer cette porte de papier. Les yeux, le nez, la bouche – et deux sphères comme celles en pierre à l’entrée des portes cochères qui empêchaient les véhicules d’en abîmer les montants – tracés en quelques ronds aux mille traits par Eric Derkenne expriment pourtant une surprenante variété de sentiments. L’étonnement, la méfiance, le trouble, la honte, l’énervement, l’effroi, la crainte, la soumission, l’interdit, mille finesses à fleur de peau qu’Eric Derkenne parvient à traduire en dessins et qu’il serait laborieux de décrire en mots, il faudrait en inventer d’autres, et pour d’autres dictionnaires. Dans ce registre des choses uniquement exprimables avec un bic ou un crayon sur une feuille, avez-vous remarqué que ces dessins, malgré le capitonnage des seules deux dimensions d’une surface de papier, émettent des bruit ? Ils couinent, crient, cognent, grincent, chuintent, murmurent en de brefs borborygmes visuels. Un visage est encastré, pris dans le ciment d’une émotion – ce qui expliquerait les mille sentiments rendus –, piégé par quelque filet de traits. Comme lorsque petit l’on a peur de ne plus pouvoir se libérer la tête des barreaux d’une cage d’escalier. Une peur, parmi d’autres, que l’on avait enfouie, et qu’Eric Derkenne nous rappelle dans la soudaine et juste violence d’un simple dessin. »

François Liénard